5 avril 2013 Romain Garcier (ENS Lyon): L’espace insondable du doute: approche géographique des incertitudes environnementales provoquées

L’espace insondable du doute: approche géographique des incertitudes environnementales provoquées

Romain Garcier est géographe, maître de conférences à l’Ecole normale supérieure de Lyon. Ses recherches portent sur la géographie de l’industrie nucléaire civile: organisation spatiale et circulations des matières; en droit et géographie, sur la normativité et classifications des objets industriels, et sur les approches géohistoriques de l’eau, de la pollution et de l’environnement.

Page personnelle.

Lieu: Les séances ont lieu à l’amphithéâtre de PSL* (62 bis rue Gay-Lussac 75005 Paris), de 17 à 19h.

 Argument

Développée à partir de l’analyse d’un cas détaillé (la pollution de l’eau par l’industrie de l’acier dans l’Est de la France depuis les années 1850 et sa justification), cette intervention propose une réflexion sur la place des arguments « spatiaux » dans la création du doute scientifique ou technique. Elle veut montrer comment l’espace et la spatialité des phénomènes peuvent constituer de puissants opérateurs de doute, parce qu’ils introduisent une solution de continuité entre ce qui est démontré in vitro, dans l’espace clos du laboratoire, et la manière dont les phénomènes se déploieraient dans l’espace concret, réel – approchable, dans le meilleur des cas, par la modélisation. Cette instrumentalisation de l’espace est fréquente dans le domaine de « l’environnement » (pollution, santé environnementale) mais elle est probablement insuffisamment thématisée.

C’est pourquoi la communication avance l’idée qu’il existe quatre « modes de convocation » de l’espace par le doute. Par l’analyse ou l’approche de quelques controverses environnementales récentes (la gestion des déchets nucléaires – notamment par immersion, la controverse climatique, la question des dépôts radioactifs de Tchernobyl et de Fukushima), nous montrerons ces différents modes de convocation à l’œuvre et formulerons l’hypothèse que l’indécidabilité des arguments spatiaux les rend particulièrement efficaces (et donc populaires) en situation de controverse.

Mots clés : géographie ; pollution ; nucléaire ; espace.

Texte recommandé par le conférencier:

L’article recommandé permet de donner des éléments de contexte aux arguments qui seront développés dans la présentation.

Romain Garcier, The placing of matter: industrial water pollution and the construction of social order in nineteenth-century France, Journal of Historical Geography, Volume 36, Issue 2, April 2010, pp. 132-142 (Prière de s’abonner à la liste de diffusion pour avoir une version).

Egalement disponible sur la plateforme Science Direct.

Références :

Jacob Darwin Hamblin. Poison in the Well: Radioactive Waste in the Oceans at the Dawn of the Nuclear Age. Rutgers UP, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :