19 avril 2013: Stéphane Foucart (Le Monde), « La boite à outils des marchands de doute »

Stéphane Foucart est journaliste scientifique au Monde. Auteur en 2010 du Populisme Climatique, il publie en mars 2013 aux éditions Denoël La Fabrique du mensonge.

Extrait de la quatrième: Un pan entier de l’activité des grandes entreprises consiste aujourd’hui à manipuler la science. Confrontés aux faits, les industriels utilisent le discours scientifique comme un instrument de propagande pour instiller le doute.
Les fabricants de tabac sont les premiers à avoir recruté des faux experts, fait publier des études biaisées, organisé des fausses conférences scientifiques et corrompu des sociétés savantes afin de convaincre que le tabac n’était peut-être pas responsable du cancer du poumon. Les mêmes procédés ont été remis au goût du jour pour dédouaner l’amiante de ses méfaits, pour relativiser ou nier le réchauffement climatique, pour faire du déclin des abeilles un «mystère» sans lien avec les nouvelles générations d’insecticides. Ils sont également à l’œuvre dans l’affaire du bisphénol A, l’un des plus graves scandales sanitaires de ces dernières décennies. Quant au «débat» sur les OGM, cela fait bien longtemps qu’il n’a plus rien à voir avec la science. Les intérêts en jeu sont trop colossaux pour laisser les chercheurs s’exprimer librement… Voir ici.

Voir aussi un extrait dans Le Monde du 21 mars 2013 (accès payant/abonnés).

Foucart BF Mde 21 3 2013

Argument

En 1953, le communicant John Hill inventait, au bénéfice des industriels américains du tabac, les mécanismes de retournement contre elle de la science. Les piliers de la démarche scientifique — prudence, doute méthodique, recherche d’exactitude, prise au sérieux des faits contradictoires — ont ainsi pu être mis à profit, non pour accroître l’acquisition de certaines connaissances, mais la ralentir ou l’entraver. Science de distraction ou de dilution, ingénierie de l’ignorance, mise dans l’espace public d’éléments de discours scientifique non revus par les pairs… Les techniques imaginées et mises en pratique par les cigarettiers américains sont reprises par d’autres secteurs industriels, souvent avec grand succès.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :