Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens

A voir sur Hypothèses, un article fort intéressant de F. Chateauraynaud et de J. Debaz, qui traite de la question des perturbateurs endocriniens et part d’un propos de George Herbert Mead, le grand philosophe pragmatisme américain (voir en particulier la section « L’empire contre-attaque ou le redéploiement du doute »)Capture d’écran 2013-11-27 à 12.33.55F. Chateauraynaud était intervenu dans le séminaire Lumières sur le doute.

 

%d blogueurs aiment cette page :